La progression d'apprentissage de la technique du Crawl

Quelques éléments de base pour l'apprentissage du crawl

Au niveau de la respiration :

En natation l'expiration est active, l'inspiration est passive et l'inspiration est d'autant plus ample que l'expiration aura été importante.

L'apprentissage de la respiration peut se faire la maison. dans un lavabo ou dans une baignoire, de manière statique dans un petit bassin, en dynamique avec le battement de jambes et dans l'apprentissage enfin du mouvement de bras, sur le support des jambes.

L'apprentissage de la respiration se fait  sur un plan frontal dans un premier temps, puis très rapidement sur le plan latéral et la respiration latérale se fait par une rotation de la tête sur l'axe cervical, un oeil reste dans l'eau, la bouche se tord pour une prise d'air dans le creux de la vague pour ne pas trop tourner la tête ce qui peut être préjudiciable.

Au niveau des battements de jambes :

  • Le battement, petit et rapide se fait jambes et pointes de pieds allongées.
  • Il part de la hanche pour se finir par un fouetté des chevilles.
  • On ne parle surtout pas de flexion du genou pour qu'elle ne soit pas trop accentuée.
  • Il se fait à la surface, ni sous l'eau, ni trop hors de l'eau.

Perception du battement à sec au bord du bassin :

  • - Une première approche de la sensation et de la perception du battement de jambes peut se faire sur le bord du bassin. Allongés sur le ventre, les enfants peuvent bien reproduire et sentir les petits battements qu'ils vont ensuite devoir faire dans l'eau.

Perception du battement dans l'eau :

  • Le battement doit se faire à la surface, ni sous l'eau ni hors de l'eau.
  • Pour une rapide prise de conscience des sensations dans l'eau, on fait faire le battement en appui au mur, le corps en position horizontale.
  • Apprentissage de la poussée au mur et de la glissée ventrale.
  • Apprentissage et maîtrise du battement avec une planche, les bras allongés en appui sur la planche, le menton dans l'eau, les épaules à la surface qui ne bougent pas avec un corps bien fixé.
  • Le battement doit être maîtrisé et efficace avant d'y associer la respiration.

Association expiration dans l'eau et battements de jambes

Avec matériel  planche :

Battements avec une respiration frontale pour commencer avant de passer rapidement à une respiration latérale. Et pour faciliter le renforcement du battement et l'apprentissage de l'expiration dans l'eau, on va successivement et rapidement se servir de la planche pour :

  • Un appui de fixation des bras entièrement allongés dessus.
  • Un appui de fixation des bras sur !a moitié de la planche.
  • Une tenue de la planche à bout de bras, pouce dessous, doigts dessus.
  • Une tenue de la planche avec une seule main, l'autre bras le long du corps ( Cette position facilite la rotation de la tête sur le côté est à atteindre le plus rapidement possible).

Il faut faire attention :

  • au maintien d'un petit battement régulier à la surface.
  • à bien finir l'expiration dans l'eau, on peut y associer un petit temps d'apnée à la fin de l'expiration.
  • à une rotation de la tête sur l'axe cervical qui est dans l'alignement de l'axe vertébral. Il ne faut pas que la tête et le menton se redressent.
  • à une rotation de !a tête avec des épaules qui restent à plat sur l'eau.
  • au maintien d'une position de la tête bien fixée sur tout le temps de l'inspiration, regard sur le côté, bouche tordue, un œil dans l'eau.
  • à une rotation de la tête sur l'axe cervical pour la remettre dans l'eau, dans l'axe du corps.
  • à un maintien de la fixation de !a tête dans cette position durant le temps d'apnée qui s'ensuit et tout le temps de l'expiration.

L'éducateur peut fixer un nombre de respirations maximum à faire pour la distance de façon à ce que le nageur ait un meilleur contrôle :

  • des temps d'apnée, d'expiration et d'inspiration.
  • pour une meilleure maîtrise, Les temps d'apnée et d'expiration doivent être allongés.
  • on peut, à l'aide d'une perche métallique qui émet un son audible par le nageur, matérialiser et allonger ces temps d'apnée et d'expiration en frappant le bord du bassin.

Sans matériel  :

Une fois le travail est bien maîtrisé avec une planche de natation, le battement de jambes associé à la respiration latérale peut être pratiqué sans support.

  • Sans planche, un bras allongé devant, un bras allongé le long du corps.
  • Sans planche, les deux bras le long du corps.

Battements de jambes en Crawl

Au niveau des mouvements des bras :

Tout en donnant son explication, l'éducateur montre le mouvement. Il doit le faire en se déplaçant pour bien faire comprendre que c'est le corps, et non pas le bras, qui se déplace.

L'explication doit être simple, elle s'articule autour :

  • de la description de l'action du bras avec une planche sur le support des jambes :
    • c'est un appui semi-circulaire du bras vers le fond, dans l'axe du corps,
    • le bras est allongé, la main reste relâchée sur l'appui de l'eau,
    • le bras sort de l'eau en position allongée,  il est ramené par le coude, en position haute, la main, proche de l'eau, est relâchée ainsi que l'avant-bras et le bras,
    • ce retour coude haut est important :
      • pour le relâchement,
      • puis plus tard pour faciliter une bonne rotation des épaules,
      • à partir des épaules, la main se replace sur l'avant,
      • c'est le coude qui pousse la main juste sous la planche.
  • du placement de la respiration sur l'action du bras :
    • je reste en apnée jusqu'à ce que mon bras soit au niveau de mes épaules,
    • je souffle sur l'action du bras, des épaules aux cuisses,
    • je tourne ma tête sur b sortie de mon bras de l'eau,
    • j'inspire sur le retour coude haut du bras, des cuisses aux épaules,
    • à partir des épaules, je remets ma tête dans l'eau, par une rotation sur l'axe cervical, en bloquant ma respiration,
    • je reste en blocage respiratoire jusqu'à ce que je recommence l'exercice et que mon bras se retrouve au niveau des épaules.

Avec matériel  planche :

  • La planche est tenue à bout de bras par la main, doigts dessus, pouce dessous.
  • La propulsion est assurée par les jambes, le nageur est concentré sur ses bras.
  • Le nageur doit marquer un temps d'arrêt entre chaque mouvement, le dos de la main sous l'eau, au contact de la planche :
    • il peut compter jusqu'à cinq avant de recommencer, il doit être capable de rester tout ce temps en blocage respiratoire.
    • l'entraîneur peut donner, par un signai auditif, en tapant avec une perche métallique sur le bord du bassin, le rythme des répétitions.
    • l'entraîneur peut demander un nombre de mouvements précis à faire.

Le bras qui fait le mouvement est toujours le bras qui se trouve du côté de l'entraîneur. Dans un sens c'est le droit. dans l'autre c'est le gauche.

Sans matériel  :

    • La même démarche est adoptée sans la planche.
    • La main qui revient dans l'eau, s'allonge sous l'autre main qui est en appui.
    • Il faut bien marquer un temps d'arrêt entre chaque mouvement.
    • Il faut que le nageur cherche bien à sentir l'appui de l'eau dans ses mains.
    • Le mouvement ne doit pas être raide et il faut faire attention à la position du corps dans l'eau, tant sur le pian horizontal que latéral.

Au niveau des coordinations :

Il suffit d'enchaîner les mouvements quand, sur le support de la propulsion des jambes, le mouvement de bras est bien maîtrisé avec une respiration bien placée :

  • la position de départ et le premier mouvement sont identiques à l'exercice sans planche mais, on demande au nageur d'enchaîner avec l'autre bras quand le premier bras sort de l'eau pour pouvoir le ramener et ainsi de suite.

C'est le jeu des essais et des erreurs qui, sur !es conseils de l'entraîneur qui le guide, permettra au nageur de bien sentir l'enchaînement des actions des bras.

  • L'enchaînement de l'action propulsive des bras est facilité par le rythme respiratoire, stable et unilatéral, qui permet au nageur de s'organiser et surtout de ne pas avoir un temps d'apnée trop long.
  • Progressivement, suivant les progrès et les sensations des nageurs, on leur demande d'associer (l'appui de poussée) et l'attaque de l'eau pour induire un appui progressif de plus en plus fort sur l'expiration forcée et commencer à induire le rythme de nage.
  • On peut aussi leur demander de souffler plus fort dans l'eau ce qui les amène en parallèle à intensifier leurs appuis sur l'eau.

L'efficacité des jambes, qui assurent un déplacement facile et rapide, permet au nageur de se concentrer sur ses bras et de sentir l'enchaînement des appuis

Technique de la nage libre "le crawl"